Procédure administrative

Avant notre départ, nous avons fait une demande de formulaire auprès de la Sécurité Sociale française permettant ainsi d’éviter la période de carence des 3 mois en arrivant au Québec. La CPAM d’Agen ne semblait pas connaître l’existence de ce formulaire mais elle m’a transmis les coordonnées du service international,situé à Bayonne, que j’ai donc contacté. L’agente que j’ai eu au téléphone était en revanche tout à fait au courant de la démarche et nous a simplement demandé de lui retourner les cartes vitales le dernier jour de notre présence sur le territoire français.

Une fois arrivés au Québec, nous avons dans un premier temps pris contact avec la RAMQ (Régime d’Assurance Maladie du Québec) par téléphone pour nous pré-enregistrer et recevoir le dossier nous permettant de valider notre inscription. Précision importante, avec l’entente entre les Sécurités Sociales française et québécoises, nous sommes systématiquement inscrits à l’assurance médicament, ce qui nous permet d’être couverts en cas de besoin.
Ensuite, dès réception des documents, nous sommes rendus dans un point de service à Sherbrooke pour déposer notre demande de carte de sécurité sociale. Il nous a fallu quelques semaines pour recevoir nos cartes. En arrivant les cartes sont valables une année à compter de la date de résidence permanente…pour obtenir le renouvellement des cartes, il faut justifier d’une présence 183 jours sur le territoire et pour cela fournir les documents nécessaires (selon une liste indiquée sur le courrier de la RAMQ). Nous avons désormais tous les 4 des cartes valables 3 / 5 ou 6 ans selon les dates de renouvellements ultérieures.

La santé est un enjeu majeur au Québec depuis quelques années. Dès notre arrivée, nous nous sommes inscrits au guichet unique pour accéder à un médecin de famille :

www.csss-iugs.ca/guichet-d-acces-a-un-medecin-de-famille

Nous avons rempli des formules pour chaque membre de la famille et nous sommes maintenant sur la liste d’attente et le délai pour obtenir un médecin de famille varie de 435 à 1135 jours.

La santé au quotidien

Il est possible d’obtenir une consultation pour le lendemain mais en s’armant un peu de patience :
Pour obtenir cette consultation dans une clinique sans rendez-vous, il faut d’abord vérifier les cliniques qui acceptent des “sans-rendez-vous” pour une clientèle non inscrite. Ensuite, il faut les contacter directement par téléphone, un système automatisé propose un rendez-vous sous réserve de disponibilité puisqu’on est un patient non inscrit. Nous avons expérimenté le système, il nous a fallu une semaine pour avoir un rendez-vous…biensur en cas d’urgence, il est toujours possible de se rendre à l’hopital mais dans notre cas, c’était une nécessité pas une urgence donc nous avons du procéder ainsi.

Après 3 ans de présence en Estrie, nous avons tous un médecin de famille, les enfants et moi nous avons le même mais pas Patrick car nous l’avons cherché et trouvé par nous-mêmes, en prenant directement contact avec une Coopérative de Santé, au premier rendez-vous, il a demandé au médecin si elle acceptait de nouveaux patients et elle a donné son accord. Pour les enfants, nous avons été contactés par une infirmière chargée de savoir si nous sommes toujours à la recherche d’un médecin de famille, après confirmation et 6 semaines plus tard, ils sont inscrits dans une Clinique de Sherbrooke. Pour moi, il a fallu attendre juillet 2018 pour l’avoir mais je m’estime très chanceuse car beaucoup de Sherbrookois et même de Québécois n’ont pas encore le leur. Le système peu semblé un peu déroutant mais une fois qu’on a compris le fonctionnement, tout est clair. Et autre chose importante, en étant ainsi pris en charge, aucun frais n’est à déboursé lors des consultations.

A côté du système de médecine générale, nous avons été amenés à consulter différents spécialistes. Là en revanche, les frais de santé engagés peuvent vite être dispendieux, même en ayant une assurance collective par l’intermédiaire de mon travail, les frais restant à charge sont plus ou moins importants et sont parfois loin d’être couverts.

Quelques exemples :

Podiatre

Nous avons consulté un podiatre pour Alizé car elle se plaignait de douleurs au genou, comme elle porte déjà des orthèses, nous souhaitions savoir si les siennes étaient toujours adaptées. Finalement, il a fallu refaire ses semelles, la matière était souple et avait donc bougé et ne faisait plus entièrement effet. Nous avons dépensé 650 $ et notre assurance nous a remboursé 200 $. Par contre, nous sommes convaincus que ce modèle durera beaucoup plus longtemps car c’est une coque rigide et le podiatre nous a indiqué qu’en dehors des pièces d’usure, Alizé pourra les conserver de nombreuses années. D’ailleurs, cela fait deux années qu’elle les porte et en dehors des visites de contrôle annuel, aucun frais à débourser.

Dentiste

Aucune difficulté pour trouver un dentiste mais attention le choix peut s’avérer très compliqué. D’ailleurs, un cabinet dentaire est en fait une clinique dentaire et cette subtilité de langage revêt toute son importance, la notion de rentabilité est évidente. Il est donc impératif de garder les yeux et les oreilles bien ouverts pour savoir ce qui est nécessaire et ce qui est superflu. Dans les salles d’attente, on trouve même de petites brochures proposent des prêts santé pour se faire soigner les dents. L’assurance collective de l’entreprise prend en charge une partie des frais mais pas la totalité et la RAMQ n’intervient pas dans la prise en charge dentaire, pour les enfants elle couvre jusqu’à l’âge de 10 ans. Il est clairement appréciable d’avoir une assurance collective d’entreprise car la prise en charge varie est d’environ 70 % sachant qu’une visite annuelle comprenant radiographie, nettoyage et détartrage coûte environ 200 $.

Orthodontie

C’est là que cela devient plus compliqué, peu de spécialistes et aucune prise en charge par l’assurance…résultat un coût d’environ 9 000 $ à prévoir sur 3 ans.
Les orthodontistes offrent des modalités de paiement très arrangeantes avec la possibilité d’étaler les versements sans frais sur 24 à 30 mois. Il est également possible de contracter un crédit auprès de sa banque ou bien auprès d’organismes de crédit spécialisés dans les crédits santé. Beaucoup de Québécois renoncent à engager le traitement pour leurs enfants en raison de ces coûts dispendieux.

Comme pour les dentistes, il ne faut pas hésiter à magasiner son orthodontiste pour faire jouer la concurrence !

Optométriste

Une visite qui dure 30 minutes et nous passons par différentes vérifications avec des tests que nous n’avions jamais eus. Ce qui est déroutant, c’est le fait que les optométristes ont leur bureaux et matériels chez des opticiens, ils déposent donc l’ordonnance pour les lunettes chez l’opticien. Du coup, ils essaient d’insister pour un achat dans la boutique. Il est donc conseillé de magasiner son achat de lunettes.

Physiothérapeute

Voilà une spécialisation que nous ne connaissions pas et qui est très utile. Florent s’est fait mal au poignet lors de ses premières séances de ski et sur conseil d’un de mes collègues j’ai cherché un physiothérapeute. La physiothérapie s’appuie sur des techniques sans médicaments en identifiant les douleurs et en responsabilisant le patient par des exercices à mettre en pratique entre chaque séance. Florent a ainsi pu retrouver toute la mobilité de son poignet. Je l’ai expérimenté cet été après une douleur de dos à la suite d’un faux mouvement.